Contrairement au premier ministre du Québec, les premiers ministres du Manitoba, de l’Alberta et de l’Ontario ne se placeront pas en isolement préventif après leur rencontre à Ottawa pour demander au gouvernement fédéral d’augmenter son financement des soins de santé.

Le chef québécois François Legault a subi un test de dépistage et s’est placé en isolement préventif vendredi. Lundi, il avait rencontré, à Montréal, le chef de l’opposition officielle, Erin O’Toole, qui a depuis été déclaré positif à la COVID-19.

Aucun des trois autres premiers ministres présents à Ottawa n’ont eu rencontre en face à face avec Erin O’Toole, rapportent leurs porte-parole respectifs, qui soulignent que leur homologue québécois est toujours asymptomatique.

Dans un courriel, le bureau du premier ministre albertain, Jason Kenney, explique avoir consulté la médecin hygiéniste en chef de la province sur la meilleure marche à suivre. « Les protocoles appropriés ont été respectés pendant la rencontre des quatre premiers ministres provinciaux […] et le premier ministre Legault est asymptomatique, peut-on y lire. La Dre Hinshaw ne recommande pas l’isolement préventif pour [ce type de] rencontre avec un contact asymptomatique.

Le bureau du premier ministre manitobain a quand à lui précisé que Brian Pallister se surveillait pour l’apparition éventuelle de symptômes et a confirmé qu’il n’était pas en auto-isolement.  

Au bureau de Doug Ford, on a également laissé savoir que le premier ministre ontarien n’avait pas l’intention de se placer en isolement ni de se faire tester pour le moment.

Erin O’Toole est le deuxième chef d’un parti fédéral a être déclaré positif à la COVID-19, après le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

Add Your Comment