Québec annonce que la majorité des secteurs visés par des projets d’aires marines protégées obtiennent le statut de « réserves de territoires aux fins d’aire protégée ».

Il s’agit d’une mesure administrative qui permet d’y interdire toute activité industrielle le temps d’obtenir un titre officiel.

Les mesures de protection annoncées permettraient d’interdire les activités minières, pétrolières et gazières ainsi que l’exploitation des forces hydrauliques et toute production commerciale ou industrielle d’énergie, peut-on lire dans un communiqué diffusé par le ministère de l’Environnement mercredi.

Une carte des projets de réserves dans l'estuaire du Saint-Laurent.

Projets de réserves de territoires aux fins d’aires protégées dans l’estuaire du Saint-Laurent

Photo : Gracieuseté de la SNAP section Québec

Présentement 1,3 % des milieux marins sont protégés dans la province. Cette mesure pourrait donc permettre au gouvernement d’atteindre sa cible de 10 % d’aires marines protégées d’ici décembre 2020.

Aires marines protégées au Québec

  • Parc marin du Saguenay-Saint-Laurent : 1245 km2
  • Réserve aquatique de l’Estuaire-de-la-Rivière-Bonaventure : 1,8 km2
  • Réserve aquatique projetée de Manicouagan : 712 km2

En ajoutant le banc des Américains, situé au large du parc Forillon, qui est en voie de devenir une réserve aquatique projetée, 1,9 % des aires marines sont présentement protégées au Québec.

Une mesure bien accueillie

Avec cette nouvelle mesure, le manque à gagner pour atteindre la cible de 10 % pourrait être comblé dans un temps record, pense Véronique Bussière, responsable de la conservation bioculturelle à la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP), section Québec. Elle estime qu’il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction.

Ce que Québec a fait [mercredi] finalement, c’est un geste concret pour nous prouver sa volonté d’arriver à l’atteinte de la cible.

Cette mesure permet aussi de délimiter les frontières des futures aires marines protégées, précise Mme Bussière.

La SNAP est sûre que ces mesures seront mises rapidement en place. On s’attend à ce que dans les prochains mois, ce processus de discussion soit enclenché, affirme Véronique Bussière.

Une carte des projets de réserves dans les nord du golfe du Saint-Laurent.

Projet de réserves de territoires aux fins d’aires protégées dans le nord du golfe du Saint-Laurent

Photo : Gracieuseté de la SNAP section Québec

Québec doit maintenant poursuivre ses négociations avec Ottawa pour accorder le statut complet d’aires marines protégées aux 10 projets qui sont toujours à l’étude afin d’en établir le cadre légal.

Le gouvernement indique que la prochaine étape du processus est de consulter les communautés autochtones.

L’objectif de protection de 10 % des aires marines s’inscrit dans une volonté internationale établie lors d’une convention au Japon en 2010.

Add Your Comment