Le Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick a dévoilé jeudi après-midi sa plateforme pour l’élection générale qui aura lieu dans quatre jours.

Les promesses de Blaine Higgs, qui dirige un gouvernement minoritaire depuis novembre 2018, s’inscrivent dans la continuité du dernier budget.

Seuls cinq engagements seraient financés grâce à de nouveaux fonds, ce qui représente à peine 11,4 millions de dollars par année.

Nouveaux engagements de dépenses

– 3,5 M$ par an pour augmenter le salaire des éducateurs de la petite enfance;

– 3,5 M$ par an consacrés aux ressources en santé mentale;

– 2 M$ par an consacrés aux ressources policières;

– 1,4 M$ par an alloués à la liaison du programme extra-mural;

– 1 M$ par an destinés à un programme d’alimentation scolaire.

Dans sa plateforme électorale, le Parti progressiste-conservateur ne manque pas de vanter sa gestion de la pandémie de COVID-19, ce qu’il a d’ailleurs fait sur de multiples tribunes depuis le déclenchement de la campagne.

En revanche, l’équipe de Blaine Higgs ne chiffre guère ses engagements en matière de relance économique, un sujet que son adversaire libéral Kevin Vickers lui avait reproché d’occulter.

On y évoque un soutien aux entreprises afin qu’elles effectuent, avec l’aide d’Opportunités Nouveau-Brunswick, une transition vers une économie numérique, dans un monde où les missions commerciales internationales n’auront plus lieu et les déplacements seront limités.

Blaine Higgs souligne la nécessité de développer des secteurs émergents, un sujet qu’il a déjà abordé dans son discours sur l’état de la province en janvier dernier. Le Parti progressiste-conservateur réitère son intérêt pour les petits réacteurs nucléaires modulaires, intérêt d’ailleurs partagé par le Parti libéral dirigé par Kevin Vickers.

Un réseau 5G partout au Nouveau-Brunswick et l’amélioration du service Internet en région rurale sont toujours au nombre des priorités du gouvernement sortant, d’après la plateforme des progressistes-conservateurs.

Santé

En santé, le Parti progressiste-conservateur promet d’ajouter plus d’infirmières aux programmes extra-muraux afin d’appuyer le transfert des patients âgés de l’hôpital vers leur domicile ou un foyer de soins.

Les progressistes-conservateurs souhaitent également un recours accru aux rendez-vous virtuels pour les patients en milieu rural.

Le virtuel est aussi partie prenante des engagements des troupes de Blaine Higgs pour améliorer les services en santé mentale. On s’engage à bâtir un réseau virtuel de soins psychiatriques, espérant par le fait même relever les défis posés par le recrutement de spécialistes en santé mentale dans les collectivités rurales.

Le Parti progressiste-conservateur dit vouloir s’éloigner du système actuel de liste d’attente et promet que les personnes qui en ont besoin pourront recevoir un soutien psychologique la journée même où ils en feront la demande, dans des cliniques sans rendez-vous partout dans la province.

Immigration francophone et augmentation de la population

Parmi les engagements que reprend le Parti progressiste-conservateur, se trouve celui d’augmenter la population du Nouveau-Brunswick de 10 000 résidents de plus par an d’ici 2027. Le Parti libéral de la province s’est fixé des cibles semblables jusqu’en 2030.

Jean-Gérard Chiasson, le masque sur le menton, appuie son avant-bras sur celui de Blaine Higgs, qui porte une visière en plastique devant le visage.

Blaine Higgs (à droite) à Tracadie le 29 août 2020.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Blaine Higgs et son équipe visent toujours une augmentation annuelle de 2 % des immigrants qui parlent français, afin d’atteindre 33 % de nouveaux arrivants francophones d’ici 2024. Cette cible, qui reflèterait la proportion de francophones au sein de la population néo-brunswickoise, aurait dû en principe être atteinte cette année.

Un ancien gouvernement progressiste-conservateur, celui de David Alward en 2014, avait promis d’atteindre les 33 % d’immigrants francophones en 2020. L’an passé, le gouvernement Higgs avait repoussé à 2024 l’atteinte de l’objectif.

Éducation

Les progressistes-conservateurs renouvellent leur promesse aux éducateurs de la petite enfance d’augmenter leur rémunération. Ils s’engagent aussi à établir un programme d’alimentation scolaire dans toute la province dès 2021.

Le parti veut également moderniser certains programmes scolaires, afin qu’ils traitent des façons que les élèves peuvent s’impliquer dans leurs communautés, et que ceux-ci apprennent l’histoire du Nouveau-Brunswick, y compris l’information la plus récente relative à l’histoire de nos collectivités autochtones et noires.

Environnement

Dans leur plateforme, les progressistes-conservateurs évoquent une interdiction provinciale des sacs de plastique et des bouteilles de plastique à usage unique, mais sans fournir trop de détails sur ce que le parti décrit comme un objectif à long terme.

Nous mettrons cela en place au cours des prochaines années à mesure que notre économie reprend sa croissance, et nous travaillerons avec l’industrie pour identifier la meilleure voie à suivre, se borne-t-on à écrire.

La formation politique rappelle par ailleurs son objectif de doubler la superficie des aires protégées du Nouveau-Brunswick.

Le premier ministre du Nouveau-Brunswick, Blaine Higgs, le 7 juillet 2020.

Blaine Higgs, le 7 juillet 2020

Photo : Radio-Canada

L’élection générale au Nouveau-Brunswick est le lundi 14 septembre. Deux journées de vote par anticipation ont déjà eu lieu, les 5 et 8 septembre.

Le Parti libéral du Nouveau-Brunswick, le Parti vert du Nouveau-Brunswick et le Nouveau Parti démocratique (NPD) de la province ont déjà présenté leurs plateformes électorales respectives.

Seule l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick n’a toujours pas communiqué sa plateforme.

Add Your Comment