À 10 jours du scrutin, le chef libéral Kevin Vickers s’en prend à la stratégie de campagne du chef progressiste-conservateur Blaine Higgs. Selon M. Vickers, son rival occulte des questions économiques essentielles de sorte à favoriser son image.

À Oromocto mercredi, Blaine Higgs a vanté sa gestion de la pandémie de COVID-19, soulignant au passage le faible taux d’infections et la reprise économique du Nouveau-Brunswick.

Blaine Higgs veut que vous pensiez que tout est revenu à la normale, a déclaré M. Vickers. Mais nos entreprises ressentent encore les répercussions de la pandémie de COVID-19… Notre équipe libérale va transformer notre économie pour apporter de bons emplois et de bons salaires aux Néo-Brunswickois de toutes les régions.

Blaine HIggs appuie son avant-bras sur l'avant-bras d'un homme habillé en cycliste.

Blaine Higgs, chef du Parti progressiste-conservateur du Nouveau-Brunswick, le 29 août 2020 à Tracadie.

Photo : Radio-Canada / Rose St-Pierre

Depuis que le premier ministre minoritaire a déclenché des élections surprises le 17 août dernier, Blaine Higgs a principalement misé sur la continuité de son programme présenté en 2018. M. Higgs l’a d’ailleurs dit à plusieurs reprises : cette continuité dépend, selon lui, de la formation d’un gouvernement majoritaire.

Pour assurer la reprise, Kevin Vickers ne cache pas son intention de collaborer davantage avec le gouvernement fédéral. Selon le chef libéral, trop d’argent du fédéral a été laissé sur la table par le gouvernement Higgs.

Encore aujourd’hui, il a proposé un partenariat avec Ottawa en promettant la création d’un programme d’incitation à la rénovation résidentielle qui couvrirait jusqu’à 50 % des dépenses des propriétaires jusqu’à concurrence de 2500 $.

De nombreux Néo-Brunswickois ont ressenti des pressions financières et de l’incertitude en raison de la pandémie de COVID-19, mais ils ont besoin de rénover leur maison, a déclaré M. Vickers, jeudi. Le programme stimulera également l’activité économique dans tout le Nouveau-Brunswick.

Pour financer le programme d’une valeur de 12 millions de dollars, le chef libéral a affirmé qu’il se servirait du remboursement de la taxe fédérale sur le carbone de 36 millions de dollars du Nouveau-Brunswick.

Pendant ce temps, le Parti vert a présenté à Fredericton son programme électoral. Il devient ainsi le premier parti politique à dévoiler une plateforme plus traditionnelle dans ce contexte d’élection hâtive.

David Coon découpe un ruban vert à l'entrée de son quartier général de campagne.

Les verts sont le premier parti politique à présenter un programme dans cette campagne (archives).

Photo : Radio-Canada

De son côté, le chef de l’Alliance des gens a annoncé qu’il aimerait que le prochain gouvernement offre plus de soutien aux personnes âgées et aux organismes de soins à domicile.

En fin de journée jeudi, les chefs de partis sont appelés à participer au premier débat télévisé de la campagne électorale sur la chaîne de télévision Rogers.

Add Your Comment