En ce onzième jour de campagne électorale, le chef du NPDNB, Mackenzie Thomason, a assisté à un rassemblement à Rothesay pour le rétablissement du financement de la Clinique 554, la seule clinique privée d’avortement dans la province.

Caitlin Grogan tient une affiche sur laquelle on peut lire : Higgs violating the Canadian health act, devant un autocar de campagne de Blaine Higgs.

Caitlin Grogan, la candidate néo-démocrate dans la circonscription de Quispamsis, que brigue aussi le premier ministre sortant Blaine Higgs, est une fervente militante pour le maintien du financement de cette clinique.

Photo : Facebook / Caitlin Grogan

Le chef s’est dit surpris de constater que ses homologues du Parti vert et du Parti libéral étaient absents.

Franchement, je ne suis pas surpris qu’il n’y ait pas eu de candidats conservateurs [ou de l’Alliance] à ce rassemblement. Ils ont montré leur vrai visage par leur mépris total pour la communauté LGBTQ+ et les femmes qui utilisent les services de santé de la Clinique 554, a-t-il déclaré par voie de communiqué. Vickers ni M.Coon n’aient assisté à cet événement.”,”text”:”J’ai cependant été surpris que ni M.Vickers ni M.Coon n’aient assisté à cet événement.”}}” lang=”fr”>J’ai cependant été surpris que ni M. Vickers ni M. Coon n’aient assisté à cet événement.

David Coon était à Robertville, vendredi, pour faire une annonce sur l’économie des régions du nord de la province. Kevin Vickers était pour sa part à Fredericton, à près de 130 km de Rothesay, pour présenter des engagements en santé.

Après avoir annoncé sa fermeture en pleine campagne fédérale en 2019, la Clinique 554 fermera officiellement ses portes dans un mois, car elle n’a plus les moyens de financer ses services. C’est pourtant la seule clinique du Nouveau-Brunswick qui offre des avortements chirurgicaux. La fermeture de la clinique était même devenu un enjeu électoral fédéral lors de ces élections qui ont porté au pouvoir le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau.

Économie des régions du Nord

Les promesses du Parti vert du Nouveau-Brunswick concernent les Fonds du Nord et de la Miramichi, abolis par Blaine Higgs. Le chef du Parti vert a promis, s’il est porté au pouvoir, de relancer ces fonds qui servent à dynamiser cette partie de la province.

Cet engagement met le développement économique régional au cœur des promesses de la formation politique dirigée par David Coon.

Kevin Arseneau, député vert sortant qui vise à être élu une deuxième fois dans Kent-Nord, croit qu’il faut redonner aux régions concernées les outils pour se doter d’une stratégie qui répond à leurs besoins particuliers.

Il faut en finir avec le paternalisme de Fredericton, l’ingérence politique et arrêter de centraliser les décisions liées au développement. Nos régions ont besoin d’appui et il est crucial que ces fonds soient administrés de façon transparente et ancrée dans la communauté, a déclaré M. Arseneau, lui-même agriculteur.

Les verts du Nouveau-Brunswick promettent une approche asymétrique, pour faire face aux défis particuliers autant du nord, de la Péninsule acadienne que du comté de Kent, qui sera élaborée sur le terrain et en consultation avec les intervenants concernés.

Les libéraux courtisent les infirmières

Pendant que les verts détaillaient leur plan de développement économique régional à Robertville, le chef du Parti libéral, Kevin Vickers, faisait la cour aux infirmières.

À Fredericton, M. Vickers a affirmé que son équipe commencerait à négocier un nouveau contrat de travail avec les infirmières et infirmiers dans les 30 premiers jours d’un éventuel gouvernement libéral. Il affirme que celui-ci se pencherait aussi sur les conditions de travail du personnel infirmier, en particulier sur la sûreté et la sécurité au travail.

Kevin Vickers fait une annonce debout sur le gazon, entouré de membres de son équipe.

Kevin Vickers, chef du Parti libéral du Nouveau-Brunswick, prend la parole à Fredericton le 28 août 2020.

Photo : Radio-Canada / Sophie Désautels

De plus, le Parti libéral du Nouveau-Brunswick promet un allègement des frais de scolarité des étudiants qui s’inscrivent en soins infirmiers.

Les libéraux de M. Vickers disent vouloir chercher à rendre les salaires des infirmières et infirmiers compétitifs par rapport à ceux des autres provinces maritimes, mais n’ont pas avancé de chiffres spécifiques.

Ces dernières années, de nombreux étudiants et étudiantes en sciences infirmières ont soutenu que l’examen préparatoire était inéquitable pour les francophones. Ces personnes déplorent notamment ne pas avoir accès au même matériel pédagogique pour un examen qui serait, de surcroît, mal traduit en français.

Vendredi, Kevin Vickers a dit qu’il rendrait cet examen équitable pour les francophones, sans donner de détails sur la façon dont son gouvernement s’y prendrait. Il a été plutôt évasif sur la question.

Environnement : de grandes ambitions pour Blaine Higgs

À Saint-Léonard vendredi, le chef du Parti progressiste-conservateur a prédit la plus importante conservation des terres de l’histoire de la province si son équipe est reportée au pouvoir.

S’il est réélu, Blaine Higgs affirme qu’il va doubler la superficie des aires conservées et protégées du Nouveau-Brunswick, en la faisant passer de 4,6 % à 10 % d’ici la fin de l’année 2020.

Blaine Higgs, le visage couvert d'une visière en plastique, appuie son avant-bras sur l'avant-bras d'un homme le visage couvert d'un masque, plutôt que de lui serrer la main.

Blaine Higgs (à gauche) en campagne le 28 août 2020 à Saint-Léonard.

Photo : Radio-Canada / Jean-Philippe Hughes

Les progressistes-conservateurs disent aussi souhaiter que le Nouveau-Brunswick assure un meilleur contrôle des cours d’eau de la province.

À l’heure actuelle au Nouveau-Brunswick, le ministère fédéral des Pêches et Océans exerce un contrôle important sur les cours d’eau, reconnaît dans un communiqué le Parti progressiste-conservateur, sans préciser de quelle façon il entend augmenter son pouvoir décisionnel sur ceux-ci.

Kris Austin à Oromocto

Le chef de l’Alliance des gens du Nouveau-Brunswick, Kris Austin, a visité vendredi une banque alimentaire à Oromocto. Il a dit se questionner sur ce qui allait se produire lorsque la Prestation canadienne d’urgence (PCU) instaurée par le gouvernement fédéral au début de la pandémie ne serait plus distribuée.

Les alliancistes soutiennent que la création d’emploi est la clé pour réduire la dépendance à l’égard des banques alimentaires, mais le parti n’a annoncé vendredi aucune mesure pour améliorer l’économie.

Add Your Comment