Les autorités de renseignements canadiennes, américaines et britanniques préviennent, dans une déclaration conjointe, que des entités russes ont tenté de dérober des informations concernant le développement d’un vaccin contre la COVID-19.

Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) a révélé jeudi des informations concernant une activité de cybermenace de la Russie visant des organismes spécialisés dans la recherche de vaccins dans les trois pays.

Cette activité malveillante avait fort probablement pour objectif de voler l’information et la propriété intellectuelle relatives au développement et à l’essai de vaccins contre la COVID-19, et d’interférer avec les mesures d’intervention alors que les experts de la santé et les chercheurs en médecine ont besoin de toutes les ressources disponibles pour lutter contre la pandémie, peut-on lire dans la déclaration du CST.

Les autorités ne précisent pas quels sont les organismes qui ont été visés et quelles informations auraient pu être subtilisées.

Le groupe APT 29, également connu sous le nom de Dukes ou Bear”,”text”:”CozyBear”}}” lang=”fr”>Cozy Bear et montré du doigt, serait à l’origine de cette activité malveillante et aurait presque certainement mené cette cyberactivité pour le compte des services de renseignement de la Russie.

Les auteurs de l’attaque auraient utilisé du maliciel personnalisé connu sous les noms WellMess et WellMail.

Le CST et le Centre canadien pour la cybersécurité ont publié un bulletin technique pour aider les organisations à se défendre contre ces attaques.

La pandémie de la COVID-19 présente un risque élevé pour la cybersécurité des organismes de santé canadiens qui prennent part aux activités nationales d’intervention contre la pandémie, a précisé le CST.

Add Your Comment