Le premier ministre du Canada affirme avoir de « sérieuses questions » après avoir visionné la vidéo de l’arrestation du chef de la Première Nation des Chipewyans de l’Athabasca, Allan Adam.

Ces images qui proviennent de la caméra du tableau de bord du véhicule de la Gendarmerie royale du Canada de Wood Buffalo montrent un agent qui arrive en courant, projette le chef Adam au sol et le frappe.

Je pense que tout le monde qui a vu cette vidéo a des questions sérieuses à poser et c’est pour cela que nous sommes en train d’appeler à une enquête indépendante, transparente qui va nous donner les réponses sur comment cela a pu se produire , a indiqué M. Trudeau lors de son point de presse quotidien.

Le visage du chef est gonflé et montre des traces de sang séché. Son oeil droit est à moitié ouvert et tuméfié.

Selon le chef Allan Adam, de la Première Nation des Chipewyans de l’Athabasca, les ecchymoses sur son visage proviennent du mauvais traitement d’agents de la GRC.

Photo : Gracieuseté

l’Équipe d’intervention de l’Alberta en cas d’incident grave (ASIRT) a lancé une enquête sur l’arrestation qui s’est déroulée en mars. Des superviseurs de la GRC avaient précédemment déterminé que l’usage de la force était raisonnable.

Justin Trudeau a ajouté que cela montre le besoin d’examiner le système dans son ensemble pour lutter contre le racisme systémique.

Le chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, s’est également dit troublé et inquiet par les images de l’arrestation.

Il est favorable à l’installation de caméras sur les tableaux de bord des véhicules policiers ainsi que la mise en place de caméras d’intervention.

Des avocats demandent des réformes

Lors d’un point de presse, vendredi, l’Association des avocats criminalistes de la province (Criminal Trial Lawyers Association) a demandé la démission ou le renvoi immédiat des policiers impliqués dans l’arrestation du chef Allan Adam.

La GRC a annoncé que des officiers supérieurs ont visionné la vidéo et jugé que les policiers avaient fait un usage raisonnable de la force. Ces officiers supérieurs ont perdu leur crédibilité et devraient eux aussi être renvoyés, affirme l’avocat Tom Engel, le président du comité sur la police de l’association.

L’association, qui regroupe notamment des avocats spécialisés en responsabilité policière, réclame entre autres la révision de la Loi sur la police et de la Loi sur la Gendarmerie royale du Canada, qu’elle juge inadéquates.

La loi sur la GRC est une abomination en ce qui concerne l’imputabilité policière, affirme Tom Engel.

Il demande également que les enquêtes concernant les bavures policières soient menées de manière indépendante et que davantage de fonds y soient consacrés afin de les faire avancer plus rapidement. 

L’ASIRT va tenir une enquête pour déterminer si le policier et son collègue seront accusés. Cela va sûrement prendre un an ou plus. C’est inacceptable, déplore Tom Engel.

Le groupe d’avocat réclame finalement la démission ou le congédiement du sous-commissaire, commandant de la GRC en Alberta, Curtis Zablocki, qui a semé la controverse cette semaine en affirmant qu’il ne pense pas qu’il y a du racisme systémique au sein de la police au Canada et en Alberta.

Rectificatif  : Une version précédente de ce texte déclarait que l’Association des avocats criminalistes réclame l’arrestation du sous-commissaire, commandant de la GRC, Curtis Zablocki alors qu’elle réclame plutôt sa démission ou son congédiement.

En conférence de presse vendredi, la GRC a annoncé qu’elle ne commenterait pas l’arrestation du chef Adam pour ne pas interférer avec l’enquête en cours de l’ASIRT.

Add Your Comment