Les étudiants internationaux devront désormais avoir travaillé durant au moins un an pour pouvoir postuler au PEQ.

Le ministre de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration a confirmé, jeudi, les éléments déjà publiés par Radio-Canada il y a quelques jours.

Le PEQ est un programme d’immigration qui permet aux étudiants internationaux et aux travailleurs temporaires, qui vivent, étudient ou travaillent déjà dans la province, d’obtenir, à terme, une résidence permanente.

La durée de cette expérience de travail, qui sera exigée, varie selon le type de diplômes. Il faudra par exemple avoir deux années d’expérience, à temps plein, au cours des trois dernières années, pour les personnes ayant un DEP.

Une année d’expérience sera demandée, dans les deux années précédent la demande, pour ceux ayant obtenu un diplôme universitaire, par exemple.

Ces expériences n’ont pas nécessairement besoin d’être en lien avec le domaine de formation.

Ces expériences de travail n’étaient pas nécessaires, ces dernières années, pour postuler au PEQ, un programme qui a vu le jour en 2010 et qui est devenu, au fil des ans, de plus en plus attractif. L’an passé, près de 15 000 étudiants et travailleurs temporaires y ont bénéficié.

Les délais vont être allongés

Le PEQ est, originellement, une voie rapide vers l’immigration permanente. Québec s’engageait, dans ce processus, à délivrer un certificat de sélection (CSQ) en moins d’un mois. Dans le Programme régulier des travailleurs qualifiés (PRTQ), qui accueille habituellement la majorité des immigrants économiques de la province, le délai actuel d’analyse, avancé par Québec, est d’environ 6 mois. Désormais, ce délai de 6 mois sera également en vigueur dans ce nouveau PEQ.

Du côté des travailleurs étrangers temporaires, l’expérience de travail demandée sera rallongée.

Actuellement, il est demandé une année d’expérience. Cette exigence est assez courte, selon le ministre Jolin-Barrette.

À présent, ces travailleurs devront cumuler trois ans d’expérience au cours des 48 derniers mois.

Un programme pilote va également voir le jour pour les préposés aux bénéficiaires, mais également pour les travailleurs du secteur de l’intelligence artificielle.

Une clause transitoire a également été annoncée. Ainsi, cette réforme ne touchera pas les étudiants internationaux, déjà diplômés, et les travailleurs temporaires qui ont déjà postulé au PEQ.

Aucune liste de formation

À l’automne passé, une première version, présentée par le ministre de l’Immigration Simon Jolin-Barrette, avait été vivement critiquée par les milieux des affaires et éducatifs.

Seuls certains domaines de formation et de travail, inscrits sur une liste qui comprenait de nombreuses incohérences, donnaient alors accès au PEQ, ce qui a provoqué la colère des universités, des cégeps et de représentants du patronat.

Le gouvernement avait alors retiré sa réforme et des consultations ont été lancées. Aucune liste n’est désormais proposée dans cette nouvelle version.

Plus de détails à venir

Add Your Comment