Le premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, le ministre de l’Éducation, Rob Fleming, et la médecin hygiéniste en chef, Bonnie Henry, ont dévoilé vendredi le plan de retour en classe pour les élèves, qui sera graduel et facultatif, à compter du 1er juin.

La mesure transitoire ouvre la voie à une rentrée complète en septembre, soutient M. Horgan.

Accent sur la sécurité

Le plan est établi selon des « normes scientifiques sécuritaires », souligne John Horgan. Notre objectif est de garantir la sécurité de nos écoles.

Le Conseil scolaire francophone (CSF) se dit prêt pour accueillir les élèves dès le 1er juin en respectant les lignes directrices énoncées lors de la conférence de presse de vendredi matin, notamment en matière de santé et sécurité pour [les] élèves et [les] membres du personnel, indique son directeur général, Michel St-Amant, dans un communiqué.

Une classe vide, les chaises levées sur les bureaux.

Les salles de classe devront obligatoirement être reconfigurées afin d’assurer la distanciation physique des élèves.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Des écoles transformées

Les écoles seront bien différentes de ce qu’elles étaient avant la pandémie, souligne M. Fleming. Pour faciliter la distanciation physique, les classes devront être reconfigurées, les espaces extérieurs, utilisés.

Le nombre d’élèves sera limité et des mesures d’hygiène, notamment le lavage rigoureux des mains, devront être suivies par toute la communauté scolaire.

Insistant sur le fait que la décision d’envoyer leurs enfants à l’école ou non appartiendra aux parents, le ministre de l’Éducation confirme pour sa part que l’apprentissage à distance se poursuit.

La façon dont cette éducation parallèle sera implantée revient aux écoles, dit M. Fleming. Le CSF n’a pas encore dévoilé de plan en ce sens, mais des enseignants craignent que leur charge de travail s’en trouve doublée.

Les parents recevront plus de détails de leurs établissements scolaires d’ici le 22 mai, promet M. Fleming.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

L’éducation chamboulée depuis mars

Les écoles de la province sont fermées depuis le 17 mars en raison de la pandémie de la COVID-19, mais l’enseignement en ligne est maintenu.

Dans la province, il y a environ 5000 élèves sur un total de 550 000 qui se présentent actuellement en classe, selon le ministère de l’Éducation, notamment les enfants des travailleurs essentiels et des élèves plus vulnérables.

Les pertes de revenus engendrées par la baisse d’inscriptions d’étudiants étrangers en temps de pandémie ont causé la mise à pied de près de 200 enseignants dans le Grand Vancouver.

Plus de détails à venir

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Add Your Comment